Aller au contenu

Actualités

Nouveau vice-président au CESRBC

Ce mercredi 19 février, lors de son Assemblée plénière, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale a désigné son nouveau vice-président, Monsieur Paul Palsterman (CSC).
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Philippe Vandenabeele

Monsieur Palsterman succède ainsi à Monsieur Vandenabeele à la vice-présidence du CESRBC et ce, pour une période de 5 mois, avant le renouvellement officiel des instances du Conseil.
 
Nous remercions chaleureusement Monsieur Philippe Vandenabeele pour son engagement et son travail de qualité fourni depuis plus de 25 ans au service de la concertation sociale bruxelloise.
 

Un 8ème Accord-Cadre à Bruxelles avec le secteur ICT !

Ce 18 février 2020, un Accord-Cadre a été conclu entre le Gouvernement bruxellois, le Collège de la COCOF et les représentants du secteur ICT. Ce 8ème Accord-Cadre revêt une importance particulière en raison de l’importance de l’ICT dans l’économie de demain.
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Signature Accord-Cadre ICT

Un secteur qui devra faire face à de nombreux défis

Conclu aussi bien avec les trois grands syndicats qu’avec les organisations patronales Agoria et Beci, cet Accord-Cadre vise à renforcer les compétences digitales des Bruxellois, indispensables dans de nombreux métiers et dans des secteurs très diversifiés.

En effet, la révolution technologique impacte l’ensemble des secteurs de l’économie bruxelloise. Les métiers de l’ICT deviennent donc transversaux et requièrent des compétences qui sortent du cadre strict de la technique.

Concrètement, cet Accord-Cadre a pour missions de mieux faire correspondre les profils des demandeurs d’emploi aux besoins des entreprises, d’apporter des compétences digitales aux demandeurs d’emploi et aux travailleurs en formation ou encore de mieux former via les stages et la formation en alternance. Il vise également à développer une politique de collaboration entre les différents acteurs concernés et à augmenter la connaissance des conseillers Actiris sur les réalités des métiers du numérique. Une attention particulière sera également accordée à la diversité et à la lutte contre les discriminations à l’embauche.

Par ailleurs, le secteur s’engage à mettre l’outil numérique au service de l’ambition économique, environnementale et sociale de la Région bruxelloise. Les partenaires souhaitent ainsi déployer des solutions technologiques qui favorisent la résilience urbaine, développer l’emploi de qualité non délocalisable et lutter contre le dumping social.

 

Un accord qui s’inscrit dans la Stratégie Go4 Brussels 2030

L’Accord-Cadre s’inscrit au sein de la Stratégie GO4Brussels 2030. Cette dernière vise à dynamiser l’économie bruxelloise d’ici 2030, en invitant les secteurs économiques actifs à Bruxelles à contribuer activement aux politiques d’économie, d’innovation ou encore d’emploi et de formation et ce, au bénéfice des Bruxellois.

 

De belles perspectives pour l’avenir

L’Accord-Cadre sera concrétisé par la mise en place du Pôle Formation Emploi (PFE) DigitalCity, vitrine des métiers du numérique pour tous ses publics-cibles : chercheurs d’emploi, travailleurs, élèves, étudiants, etc.

Digitalcity a pour objectif de mieux former les Bruxellois aux compétences digitales pour leur permettre de trouver un emploi plus facilement et pour fournir du personnel qualifié aux entreprises.

Ce Pôle permettra de coordonner les différents acteurs publics et privés pour mieux organiser les actions menées en matière d’emploi, de formation professionnelle et de validation des compétences à Bruxelles.

 

Stratégie Go4Brussels 2030

Découvrez la nouvelle Stratégie Go4Brussels 2030 lancée à l'occasion du Sommet social du 16 janvier.

06 février 2020

Le 16 janvier, la Stratégie Go4Brussels 2030 a officiellement été lancée par le Gouvernement et les interlocuteurs sociaux bruxellois.

Nous vous invitons à découvrir cette Stratégie.

Déclaration commune en faveur d’une meilleure réglementation

Citoyens, travailleurs, assurés sociaux et entreprises sont confrontés quotidiennement à la réglementation. Celle-ci vise à atteindre des objectifs économiques, sociaux et/ou environnementaux importants et de permettre à tous de vivre ensemble dans un État de droit démocratique.

Les gouvernements régionaux étant désormais installés et la formation d’un gouvernement fédéral étant en préparation, l’ensemble des conseils consultatifs socio-économiques du pays (CCE, CNT, CESE Wallonie, CESRBC, SERV et WSR) demandent qu’il soit accordé plus d’attention à la qualité de la réglementation et aux interférences entre les réglementations des différents niveaux de pouvoir.

La déclaration, envoyée à l'ensemble des Gouvernements, comprend un certain nombre de recommandations politiques concrètes qui y apportent une réponse.

 

Sommet social : lancement de la Stratégie « Go4Brussels 2030 »

Ce jeudi 16 janvier, interlocuteurs sociaux et membres du Gouvernement bruxellois se sont réunis à l’occasion d’un Sommet social inaugurant le lancement de la Stratégie « Go4Brussels 2030 ». Le Gouvernement souhaite ainsi relancer la dynamique mise en place avec la Stratégie 2025, rebaptisée GO4Brussels, à l’horizon 2030. Ses priorités : développer une stratégie de transition de l’économie bruxelloise et répondre aux besoins de qualification des chercheurs d’emploi bruxellois.

Transition économique et qualifications comme axes structurants de la Stratégie 2030

La Stratégie 2030 pose, d’une part, les bases d’une transition de l’économie bruxelloise permettant de répondre aux défis sociaux et environnementaux ainsi qu’à la digitalisation de l’économie. Pour y arriver, des modèles plus vertueux tels que l’économie circulaire ou l’entrepreneuriat social et démocratique bénéficieront progressivement d’un soutien renforcé de la part des pouvoir publics.

D’autre part, afin de lutter contre un taux de chômage qui, malgré une baisse de plus de 20% ces 5 dernières années, reste trop élevé aux yeux du Gouvernement et des interlocuteurs sociaux bruxellois, la Stratégie 2030 prévoit de mettre en place une Stratégie « Qualification – Emploi » qui succédera au Plan Formation 2020, en étroite collaboration avec les interlocuteurs sociaux. Celle-ci permettra d’améliorer le niveau de qualification des chercheurs d’emploi et de réorienter l’offre de formation pour qu’elle réponde au mieux aux besoins des entreprises. Pour ce faire, le Gouvernement compte également sur la collaboration de la Communauté flamande et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

La concertation sociale : socle de la Stratégie 2030

Le Gouvernement bruxellois, les Collèges communautaires et les interlocuteurs sociaux bruxellois souhaitent continuer à travailler autour d’un dénominateur commun : la concertation sociale.

À cet égard, une méthode de concertation originale et unique en Belgique a été éprouvée lors de la législature précédente : les priorités partagées. Forte de nombreuses concrétisations, cette méthodologie sera pérennisée par son ancrage légal dans l’ordonnance organique du Conseil économique et social. Pour rappel, la méthode des priorités partagées permet aux interlocuteurs sociaux d’être associés très en amont du processus d’élaboration des politiques, ainsi qu’aux différentes étapes que sont la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation.

Les priorités partagées de la Stratégie 2030 sont la transition économique, le Small Business Act, la réforme fiscale, certaines politiques en matière de mobilité, la Garantie pour la jeunesse, les politiques garantissant des emplois stables et durables, l’élaboration d’une Stratégie « Qualification – Emploi » ainsi que les politiques en matière de lutte contre les inégalités sociales et pour l’accès à la santé.

 « Les interlocuteurs sociaux bruxellois soulignent l’évolution positive du dialogue économique et social au sein de la Région de Bruxelles-Capitale. À travers les priorités partagées, les interlocuteurs sociaux prennent part à nombre d’objectifs et de chantiers promus par le Gouvernement dans la Stratégie 2030. » explique Jan De Brabanter, Président du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale.

Nous vous invitons à lire le discours de Jan De Brabanter, Président du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale, rédigé à l'occasion de ce Sommet social et à découvrir la Stratégie 2030.

Meilleurs vœux du Conseil !

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale vous souhaite de passer d’excellentes fêtes de fin d’année et vous adresse d’ores et déjà ses meilleurs vœux pour 2020 !
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Meilleurs voeux du CESRBC

Magazine du Conseil

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale vient de publier le trentième numéro de son Magazine.
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Magazine du Conseil

Le dossier de cette édition est consacré aux start-ups en Région de Bruxelles-Capitale. Vous pouvez le télécharger ici : Décembre 2019.

Le répertoire d’entreprises : un nouveau service pour faciliter l’accès aux marchés publics à Bruxelles

Cet été, l’Observatoire des prix de référence dans les marchés publics a mis en ligne un répertoire d’entreprises, un service gratuit à disposition des acheteurs publics bruxellois et des entreprises.

Accessible via une plateforme web, ce répertoire est destiné à faciliter la mise en relation des acheteurs publics de la Région avec les entreprises actives à Bruxelles désireuses de participer à des marchés publics.

Né d’une initiative du Gouvernement et des interlocuteurs sociaux bruxellois visant à lutter contre le dumping social et son impact néfaste sur l’emploi et les conditions de travail dans les marchés publics, le répertoire d’entreprises, désormais disponible en ligne, prend la forme d’une plateforme web sur le site du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale, via les pages dédiées à l’Observatoire. L’inscription est libre, gratuite et ouverte à tous les acheteurs publics bruxellois, ainsi qu’à toutes les entreprises désireuses d’y être reprises, et consiste à remplir un bref formulaire.

En quoi le répertoire d’entreprises est-il utile pour les entreprises ?

En raison de leurs montants peu élevés, de nombreux marchés ne font pas l’objet d’une publication, c’est pourquoi le répertoire est destiné à renforcer l’accès des entreprises à ces marchés en :

  • Leur offrant une meilleure vue sur la commande publique en Région bruxelloise ;
  • Améliorant leur visibilité auprès des acheteurs publics bruxellois.

En quoi le répertoire d’entreprises est-il utile pour les acheteurs publics bruxellois ?

Trouver des entreprises susceptibles de déposer une offre dans le cadre de marchés passés sans publication n’est pas toujours aisé. Le répertoire d’entreprises simplifie la passation des marchés publics en :

  • Facilitant la mise en relation des acheteurs publics avec des entreprises actives à Bruxelles désireuses de participer à des procédures de marchés publics ;
  • Permettant la consultation de documents tels que des attestations de bonne exécution délivrées par d’autres acheteurs publics (consultables uniquement par les acheteurs publics).

 

Entreprises et pouvoirs adjudicateurs, n’hésitez pas à vous inscrire gratuitement à notre répertoire d’entreprises !

Magazine du Conseil

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale vient de publier le vingt-neuvième numéro de son Magazine.

Le dossier de cette édition est consacré aux 25 ans du Conseil. Vous pouvez le télécharger ici : Septembre 2019.

Appel à candidature - CRD

Dans le cadre du renouvellement complet des membres de la Commission régionale de développement (CRD), un appel à candidatures est lancé.

16 octobre 2019

 

Dans le cadre du renouvellement complet des membres de la Commission régionale de développement (CRD), un appel à candidatures est lancé.

« La CRD est composée de 18 experts indépendants nommés par le Gouvernement dont neuf le sont sur présentation du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale. Ces experts représentent les disciplines suivantes : urbanisme et aménagement du territoire, mobilité, environnement, logement, patrimoine culturel et naturel, économie et architecture ».

 

Toutes les informations relatives à cet appel à candidatures sont disponibles sur le site de la CRD.

25 ans du Conseil

Le CESRBC a fêté ce mercredi 25 septembre ses vingt-cinq années d’existence. L’événement s’est déroulé au BIP, la Maison de la Région, en présence de plus d’une centaine d’invités et d’intervenants de marque.

26 septembre 2019

Le CESRBC a fêté ce mercredi 25 septembre ses vingt-cinq années d’existence.

L’événement s’est déroulé au BIP, la Maison de la Région, en présence de plus d’une centaine d’invités et d’intervenants de marque et sous la modération de Monsieur Eddy Caekelberghs (RTBF).

 

 

 

 

 

Célébration et discussions

Après les interventions des Ministres Rudi Vervoort, Bernard Clerfayt et de la Secrétaire d’Etat Barbara Trachte, les invités ont pu assister à une conférence d’Anne Guisset, docteure en sciences politiques, F.R.S.-FNRS et Université Saint-Louis Bruxelles, intitulée : « Quel avenir pour la concertation sociale régionale à Bruxelles ? ».

Pour clôturer la séance, une table ronde sur la concertation sociale régionale a pris place en présence des différents représentants des Conseils économiques et sociaux de Belgique et d’Europe : Madame Caroline Copers (Présidente du SERV), Monsieur Olivier de Wasseige (1er Vice-Président du CESE Wallonie), Monsieur Georges Dassis (Ancien Président du CESE) et Monsieur Jan De Brabanter (Président du CESRBC).

De simple ASBL à acteur incontournable de la concertation

En un quart de siècle, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale est sans nul doute devenu un acteur incontournable de la concertation sociale bruxelloise. Le nombre d’avis sur saisine ou rendus à l’initiative du Conseil a augmenté de façon soutenue, passant de 54 avis émis dans les 3 premières années à plus de 700 actuellement. Le Conseil s’est également vu confier au fil des ans, par voie d’ordonnances ou d’arrêtés, des missions spécifiques d’avis ou de décisions, tout en élargissant ses compétences. Au fil des années et des accords conclus, les interlocuteurs sociaux ont également obtenu de plus en plus d’importance dans les processus d’élaboration de politiques, jusqu’à participer à leur mise en œuvre, leur suivi mais aussi leur évaluation grâce à la méthode dite des « priorités partagées » instaurée à l’initiative du Conseil au moment du lancement de la Stratégie 2025 – Go4 Brussels 2025.

Les mots de nos Président et Vice-Président

En tant que témoins et acteurs des 25 ans d’évolutions et de développement du Conseil, Monsieur Jan De Brabanter, Président, et Monsieur Philippe Vandenabeele, Vice-Président, ont naturellement introduit et clôturé cet évènement.

Voici des extraits de leur discours :

 

 

Jan De Brabanter, Président du Conseil : « Aussi bien du point de vue interne qu’au sein des organisations des interlocuteurs sociaux, une expertise considérable est disponible pour mener à bien la concertation sociale en la matière. Le Gouvernement peut compter sur un partenaire fiable et professionnel qui s’oppose parfois ou formule des réticences, mais qui veut collaborer de manière constructive au futur développement de la Région bruxelloise ».

 

 

 

 

 

 

Philippe Vandenabeele, Vice-Président du Conseil : « Fêter les 25 ans du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale et plus largement 25 ans de concertation socio-économique bruxellois, c’est aussi fêter une belle aventure humaine. J’en suis le témoin aujourd’hui. Une aventure de femmes et d’hommes qui se sont investis, qui ont discuté,  qui ont défendu leur point de vue, qui ont recherché le consensus et qui ont été capables, Gouvernement et partenaires sociaux, en nourrissant la confiance, de conclure des accords. Au-delà de la somme des avis et autres productions, c’est cela aussi le conseil économique et social ».

 

Rapport annuel 2018

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale a le plaisir de vous informer de la publication de son Rapport annuel 2018. Vous y trouverez la présentation des travaux menés par les interlocuteurs sociaux bruxellois pendant l'année écoulée. En 2018, ces derniers ont remis pas moins de 87 avis dont 12 avis d’initiative et 9 contributions, sur des matières cruciales pour l’avenir de notre Région. Nous vous invitons à le découvrir !

3 juillet 2019

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale a le plaisir de vous informer de la publication de son Rapport annuel 2018.

Vous y trouverez la présentation des travaux menés par les interlocuteurs sociaux bruxellois pendant l'année écoulée. En 2018, ces derniers ont remis pas moins de 87 avis dont 12 avis d’initiative et 9 contributions, sur des matières cruciales pour l’avenir de notre Région.

 

Nous vous invitons à le découvrir !

Quatre Accords-Cadres conclus pour l'emploi et la formation

Ce jeudi 23 mai 2019, quatre Accords-Cadres ont été conclus entre le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale et les représentants - tant des employeurs que des travailleurs - du secteur de l'Horeca, des Industries technologiques, de l'Électrotechnique et de l'Intérim. Ces Accords-Cadres, qui s’inscrivent dans la Stratégie Go4 Brussels 2025, ont pour objectif de mettre en place un véritable partenariat pour l’emploi et la formation entre la Région et les secteurs économiques actifs à Bruxelles.

Consultez ici le Communiqué de presse.

Magazine du Conseil

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale vient de publier le vingt-huitième numéro de son Magazine.

Le dossier de cette édition est consacré au bilan de la Stratégie "Go4Brussels2025". Vous pouvez le télécharger ici : Avril 2019.

Sommet social 2019 : Bilan de la Stratégie Go4Brussels2025

Ce jeudi 28 février 2019, les interlocuteurs sociaux bruxellois se sont réunis avec les membres du Gouvernement à l’occasion d’un Sommet social « bilan » de la Stratégie Go4Brussels2025. Avancées réalisées, chantiers prioritaires et méthodologie envisagée pour le dialogue social durant la prochaine législature ont constitué les points d’attention de cette rencontre.

À l’occasion du dernier Sommet social de la législature, les interlocuteurs sociaux bruxellois dressent un rapide bilan du travail accompli ces cinq dernières années et annoncent déjà les dossiers qu’ils défendront auprès du prochain Gouvernement. Entre méthodes de travail à privilégier et défis socio-économiques à relever, le travail à accomplir reste conséquent.

Une méthode de travail innovante et efficace…

La législature qui se termine a vu naître la méthode des priorités partagées, une méthode originale et unique en Belgique qui permet aux interlocuteurs sociaux d’être associés très en amont du processus d’élaboration des politiques et de participer aux différentes étapes que sont la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation. De nombreuses concrétisations sont à mettre au crédit de cette méthodologie.

… sur une série de dossiers prioritaires

Les interlocuteurs sociaux soumettront au prochain Gouvernement une vingtaine de dossiers qu’ils souhaitent construire sous le mode des priorités partagées. À côté des questions de mobilité et de fiscalité, ils ont notamment identifié comme priorités la nécessité de faire de Bruxelles une Smart City, la poursuite de l’approche sectorielle des questions d’emploi et de formation, l’enseignement, mais aussi la lutte contre les discriminations à l’emploi ou encore des dossiers liés au social et à la santé (Iriscare, assurance autonomie...). Ils soutiennent également la négociation d’un Plan de transition énergétique afin de placer la Région bruxelloise au premier plan de la lutte contre le dérèglement climatique.

C’est dans cet esprit et sur base de la méthodologie décrite ci-dessus que le Conseil et les interlocuteurs sociaux entendent poursuivre le dialogue et le travail commun tout au long de la nouvelle législature.                                                                      

Nous vous invitons à lire la Déclaration commune des interlocuteurs sociaux rédigée à l'occasion de ce Sommet social bilan de la Stratégie Go4Brussels2025.

 

 

 

4ème opérateur : les menaces et les risques pour Bruxelles

L’arrivée d’un 4ème opérateur télécom en Belgique a, depuis son annonce en juillet 2018, fait couler beaucoup d’encre et semé le trouble. Dans un courrier envoyé début février, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale a interpellé le Gouvernement bruxellois et mis en garde contre les risques et les menaces pour Bruxelles que représente l’arrivée d’un 4ème opérateur.

L’arrivée d’un 4ème opérateur télécom en Belgique a, depuis son annonce en juillet 2018, fait couler beaucoup d’encre et semé le trouble. Dans un courrier envoyé début février, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale a interpellé le Gouvernement bruxellois et mis en garde contre les risques et les menaces pour Bruxelles que représente l’arrivée d’un 4ème opérateur.

Le Conseil s’inquiète effectivement de l’impact néfaste de ce nouvel arrivant sur les plans sociaux et économiques de la Région et du secteur des télécommunications.

-En premier lieu, l’arrivée d’un 4ème opérateur en Belgique instaure une pression non négligeable sur les trois opérateurs existants et les pousse à anticiper une éventuelle crise, ce qui entraîne de sérieuses conséquences, déjà visibles, sur l’emploi et l’activité économique du secteur.

-Ensuite, presser les opérateurs existants et réduire de facto la part de norme disponible pour chaque opérateur diminueraient les chances de voir un jour la 5G se déployer sur le territoire bruxellois et de faire de Bruxelles la 1ère Smart City de Belgique dont les objectifs sont pourtant louables : le mariage de l’innovation et de la technologie au service du progrès et du bien-être.

-Selon l’avis émis par l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT), l’arrivée d’un 4ème opérateur aurait également des résultats néfastes pour l’environnement et la santé publique puisque celle-ci ne pourrait se faire sans une hausse de l’intensité des émissions, au-delà de celle préconisée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

-Enfin, en l’état actuel des choses, le 4ème opérateur ne subirait pas les mêmes contraintes que les trois autres et bénéficierait même de conditions plus que favorables en termes d’investissement et d’infrastructures, déjà installées par les opérateurs existants, ce qui constitue une menace pour la concurrence sur le marché.

En tant que représentant des interlocuteurs sociaux bruxellois, soucieux du développement économique de Bruxelles, le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale rejoint ainsi la vision de la Région bruxelloise déjà exprimée dans ce dossier.

Magazine du Conseil

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale vient de publier le vingt-septième numéro de son Magazine.

Le dossier de cette édition est consacré au Plan Santé Bruxellois. Vous pouvez le télécharger ici : Décembre 2018.

Signature de l'Accord-Cadre Construction

Ce mardi 02 octobre 2018, les Ministres du Gouvernement bruxellois et les représentants du secteur de la Construction ont officialisé la conclusion de l’Accord-Cadre Construction au travers d’une signature dans les bâtiments du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale.

Pour le Gouvernement, il s’agit du second accord conclu avec un secteur stratégique pour l’économie et l’emploi à Bruxelles, le premier ayant été signé avec le secteur Transports et Logistique. Il concrétise ainsi sa vision de concertation bruxelloise entre les pouvoirs publics, les entreprises des secteurs professionnels et les travailleurs, concertation destinée à répondre aux besoins de la Région dans les prochaines années et à encourager les entreprises présentes sur le territoire.

Avec plus de 12.700 entreprises basées à Bruxelles et plus de 8.300 ouvriers engagés, le secteur de la Construction est un secteur clé au sein de la Région. Les années passant, il doit cependant faire face à de nombreux défis tels que le vieillissement et le renouvellement de la main d’œuvre en tenant compte des nouvelles procédures et réglementations en matière de construction et de rénovation de bâtiments, comme la construction durable. Le Pôle Formation Emploi (PFE), prévu dans le cadre de cet accord sectoriel, vise précisément à relever ces enjeux d’aujourd’hui et de demain.

Les Ministres bruxellois ont souligné la dimension gagnant-gagnant de cet accord. En effet, si la Région soutient le secteur de la Construction dans l’offre et la formation à l’emploi, le secteur se sert, lui, de son expertise pour participer au développement et à l’essor de Bruxelles. Les Ministres se félicitent également des multiples applications concrètes du dossier, telles que l’amélioration du taux d’insertion dans l’emploi après une formation qualifiante, une augmentation de 20% du volume de formation continue par an dans le secteur ou encore l’augmentation du nombre de stages en entreprise.

Quant aux représentants du secteur, ils se sont dits très satisfaits par rapport à leur implication dans des projets et synergies avec la Région de Bruxelles-Capitale, projets qui permettent de mettre en lumière le secteur de la Construction auprès des Bruxellois.

Nous vous invitons à prendre connaissance du discours d’ouverture du Président du Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale, Monsieur Jan De Brabanter, ainsi que du discours de clôture du Secrétaire Général de la Confédération Construction de Bruxelles-Capitale, Monsieur Laurent Schiltz.

Magazine du Conseil

Le Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale vient de publier le vingt-sixième numéro de son Magazine.

Le dossier de cette édition est consacré à notre colloque sur la mobilité en Région bruxelloise, organisé en juin 2018. Vous pouvez le télécharger ici : Septembre 2018

Sommet Social 2018

Ce mardi 25 septembre 2018, le Gouvernement bruxellois et les interlocuteurs sociaux se sont rassemblés pour tenir le « Sommet Social » annuel au Kanal Centre Pompidou, l’ancien garage Citroën transformé en nouveau musée d’art moderne et contemporain destiné à mettre en avant les créations bruxelloises.

Ces priorités s’insèrent dans la Stratégie 2025 pour Bruxelles, une politique commune au niveau régional et en collaboration avec les Communautés dont l’objectif est de relever les défis socio-économiques de la Région de Bruxelles-Capitale au travers de 4 grands axes : redynamiser l’économie de la Région, assurer son avenir d’ici 10 ans, décloisonner les compétences et impliquer les acteurs socio-économiques. Lesdites priorités pour les prochains mois concernent, entre autres, l’élaboration du Plan Industriel pour Bruxelles et l’avenir de ce secteur dans la Région, l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, notamment grâce à la Validation des Compétences et aux nouveaux « Pôles Formation-Emploi », l’avènement de l’e-commerce et les besoins de formations au numérique qu’il engendre, mais également la fluidification, cruciale, de la mobilité via le projet « Good Move ».

Pour la Région, c’était également l’occasion de lancer la nouvelle campagne de communication « Go4Brussels2025 » (Go for Brussels) destinée à augmenter la notoriété de la Stratégie 2025 auprès des Bruxellois.

Si 2018-2019 réserve encore de nombreux défis à relever pour le développement de notre Région, défis pour lesquels les interlocuteurs sociaux demandent une intensification de la concertation, ils se félicitent des avancées réalisées grâce à la collaboration entre le Gouvernement, les institutions publiques et les interlocuteurs sociaux. Ils soulignent le travail constructif et important réalisé, notamment dans la négociation et la conclusion d’accords-cadres sectoriels (transports & logistique, construction…), le développement de la formation en alternance et de la Validation des Compétences ainsi que l’ajout d’un 11ème axe de la Stratégie 2025 concernant la mobilité.

Le Président du Conseil économique et social, Monsieur Jan De Brabanter, a relevé les progrès considérables réalisés depuis le Sommet Social de septembre 2017 et souligné le dynamisme et l’efficacité de la concertation socio-économique bruxelloise depuis la mise en application du concept des « priorités partagées ». Pour rappel, ces « priorités partagées », initiées par le Conseil, correspondent à un ensemble de grands dossiers socio-économiques faisant l’objet d’un travail en commun entre le Gouvernement et les interlocuteurs sociaux.

Il a également attiré l’attention du Gouvernement sur certaines préoccupations des interlocuteurs sociaux : l’urgence d’élaborer une vision pour le Plan Industriel pour Bruxelles, la nécessité de faire de Bruxelles une Smart City avant d’autres villes, ou encore la Communauté métropolitaine. Le Président et le Vice-Président du Conseil se disent confiants pour le travail à accomplir d’ici la fin de la législature.

Nous vous invitons à prendre connaissance du discours d’ouverture du Président du Conseil, Monsieur Jan De Brabanter et du discours de clôture du Vice-Président du Conseil, Monsieur Philippe Vandenabeele.

Mots-clés associés :